Congrès IGPSC 15 … Et de 4 pour PRESTIDICOM !

Pour la 4e année consécutive, PRESTIDICOM était partenaire logistique de l’agence Avantage Aquitaine pour l’organisation du congrès national « Ingénierie des Grands Projets et des Systèmes Complexes ». Un beau succès que cette 15e édition avec pas moins de 140 participants, malgré une situation sanitaire (Covid-19) toujours préoccupante.

Incertitudes sanitaires et incidences calendaires

Après la décision d’un report de 2 mois par rapport à l’habitude, étant donnée la situation sanitaire en France, le congrès IGPSC 15 s’est tenu au Palais des Congrès d’Arcachon les 31 août et 1er septembre derniers. L’affluence des participants (directeurs de programmes, chefs de projets, ingénieurs…) ne s’est pourtant pas démentie. Tous ont pu faire le point sur l’état de l’art en matière de grands programmes et de systèmes complexes, tout en bénéficiant de regards croisés apportés par les représentants d’autres univers tels que les sciences humaines, le management, la santé, la chimie verte, ou encore la climatologie et la biodiversité. Un engouement – audience comparable à celle des années sans covid – qui traduit certainement la qualité du congrès en termes de contenu.  Mais peut-être aussi le fait qu’il n’y a pas  de congrès équivalent organisé par ailleurs ! A noter que c’est avec le Congrès IGPSC15 que le Palais des Congrès d’Arcachon a réouvert ces portes (fermées depuis le confinement).

Chacun sait que l’épidémie a d’une part conduit au confinement généralisé de mars à mai, d’autre part à l’annulation de la plupart des manifestations événementielles jusqu’à fin août. Si bien que la tenue du Congrès IGPSC 15 était plus qu’incertaine. Mais, grâce à la détermination du Président du Congrès Jean-Pierre Rapin et de l’organisateur Thierry Leveugle, Président d’Avantage Aquitaine, de nouvelles dates ont pu être choisies pour un report du congrès au 31 août et 1er septembre 2020.  Pendant tout l’été, les organisateurs et le comité de programme du congrès ont dû rester en alerte pour savoir si les conditions matérielles (réouverture du Palais des congrès d’Arcachon, situation du trafic aérien et ferroviaire…), sanitaires (progression et statut de l’épidémie) et humaines (nombre de préinscrits, disponibilité des intervenants) seraient réunies ou non pour que la manifestation ait finalement lieu. Les échanges ont été multipliés pour essayer de trouver des solutions aux nombreux obstacles générés par la pandémie.


Une équipe diminuée mais parée

Au contexte de crise sanitaire généralisée se sont ajoutés des événements pénibles qui ont touché l’équipe d’Avantage Aquitaine pendant les mois qui ont précédé le congrès. A cet égard, la disparition subite de Jean-François Belon (JFB Conseils), en charge de la direction des opérations du congrès IGPSC depuis l’origine, a été un sérieux coup dur, tout particulièrement pour le chef d’orchestre de l’événement, Thierry Leveugle, dont Jean-François était un ami de longue date.  C’est en ayant à l’esprit ces circonstances tout à fait particulières que l’on peut prendre l’exacte mesure des paroles prononcées par le Président Jean-Pierre Rapin en conclusion du congrès : « Ce n’était pas gagné d’avance et pourtant, on l’a fait ! » Avec la disparition de Jean-François Belon, certaines tâches ont été redistribuées. L’expérience de Thomas Granvaud (Prestidicom) et des personnels du Palais des Congrès d’Arcachon pour la partie logistique, celle de Brice Pingaud pour les RSS et les relations presse, celle du traiteur Maison Dulou pour la restauration, et celles des hôtesses Léa Audy et Margaux Dubois (Agence Charlestown) pour l’accueil ont permis un déroulement fluide et conforme aux nouvelles exigences sanitaires.

Un congrès adapté sans être (co-)vidé de sa substance !

La procédure d’accueil des participants a dû être optimisée (accélérée avec un sens de circulation obligatoire), la distanciation sociale a été respectée dans la salle des Ambassadeurs du Palais des congrès avec un espacement plus important des sièges (à écritoire individuel), le port du masque était obligatoire en permanence sauf au moment du repas (à cet égard, chaque participant a reçu 3 masques pour chacune des 3 sessions d’une demi-journée et flacon de gel hydroalcoolique). Un protocole spécifique pour l’accès aux toilettes a également été prévu par le Palais des Congrès.

Côté restauration, le choix des mange-debout en intérieur pour les repas a été exclu. C’est la disposition assise avec service à table qui a été retenue comme étant la moins propice à la propagation éventuelle du covid-19. Un congrès sans possibilité d’échanges au moment des pauses et des repas aurait, de l’avis général, été un non-sens. Du fait de la quatorzaine imposée à certains participants étrangers dans leurs pays d’origine, les congressistes n’ont pu profiter des présentations d’intervenants suisse et néerlandais.

Pour ce qui est du programme social, l’incontournable tour du Bassin d’Arcachon avec dégustation d’huîtres a été maintenu, moyennant la réservation du catamaran « Côte d’Argent », le plus gros catamaran à voile de France pour le transport de passagers. Une centaine de congressistes a ainsi pu prendre place à bord et naviguer à l’air libre du fait du pont supérieur spacieux du navire. La ventilation naturelle a été assurée par la bonne brise qui soufflait pendant la traversée.

La soirée aux Terrasses du Port, encadrée par Thomas Granvaud et Brice Pingaud, a, elle aussi, bénéficié de températures agréables et d’une légère brise, offrant la possibilité d’installer des mange-debout en extérieur. La soirée a cependant été positivement égayée par un chant corse proposé par le plus fidèle des participants au congrès IPSC, récompensé le jour-même pour sa 15ème participation.

L’après-midi du 2e jour pouvait être mis à profit par ceux des congressistes qui le désiraient pour participer à la visite d’un parc photovoltaïque proposé par la société Tysilio à Mios.

Déjà quatre ans de partenariat

Initiée en juin 2017, à l’occasion de la 12e édition du congrès IGPSC, la collaboration entre PRESTIDICOM et Avantage Aquitaine fêtait cette année son 4e anniversaire. Au regard des circonstances particulières de cette édition, une séance de travail en amont du congrès avait été organisée.

Pour PRESTIDICOM, le rendez-vous annuel IGPSC est une opportunité unique de présenter son offre en matière de communication scientifique et technique (événementiel mais aussi rédactionnel), et de traduction (anglais-allemand) à des chefs de programmes et décideurs de l’industrie. C’est aussi une formidable occasion de rencontrer des ingénieurs qui inventent et construisent le monde de demain en développant des technologies et infrastructures innovantes. Des échanges extrêmement riches avec les chefs des projets d’exploitation de gaz naturel liquéfié Yamal (Technip FMC) , ou de découpe par laser du corium de la centrale de Fukushima (ONET), ou encore de propulsion propre de navires ailés (VPLP Design)… des exposés passionnants sur les enjeux du photovoltaïque, de la maîtrise de l’hydrogène comme source énergétique … et des entretiens avec des responsables de Naval Group ou Ariane Group… Bref, le moment idéal de se mettre à la page… scientifique et technique !